Ce que le gluten fait à votre thyroïde (et ce n’est pas beau à voir)

Les hormones sont les messagers et les régulateurs du corps, elles déterminent la fonction de chaque cellule. Chaque hormone utilisée dans le corps doit être fixée à son récepteur correspondant, qui se trouve sur la membrane de la cellule.

Pensez au récepteur comme une serrure spéciale qui ne peut être déverrouillée que par cette hormone spécifique. Par exemple, un récepteur de la thyroïde ne peut être déverrouillé que par une hormone thyroïdienne et rien d’autre.

La thyroïde : la reine des hormones

Il n’y a que deux types de récepteurs que l’on trouve dans toutes les cellules du corps, ceux de la thyroïde et ceux de la vitamine D. Pour faire simple, chaque cellule du corps dépend de la thyroïde et de son impact sur votre santé. Si vos hormones thyroïdiennes ne fonctionnent pas sainement, le reste de votre corps non plus.

Environ 20 millions d’Américains et 250 millions de personnes au monde ont la fonction thyroïdienne faible ou souffrent d’hypothyroïdie. Une femme sur 8 sera aux prises avec un problème de thyroïde dans sa vie et jusqu’à 90% des troubles thyroïdiens sont des maladies auto-immunes, dont la plus commune est celle de Hashimoto.

Il est important de noter qu’il y a une probabilité de 30% que les tests d’anticorps pour diagnostiquer le Hashimoto présentent un résultat négatif, indécis ou faux, provoquant beaucoup de cas de Hashimoto non diagnostiqués pendant des années.

Le gluten : la tempête de la thyroïde

Puisque la majorité des problèmes de faible thyroïde sont quelque part sur le spectre auto-immun, nous devons examiner ce qui pousse le système immunitaire à attaquer la thyroïde. Ce qui se passe est un cas d’erreur d’identité et le gluten est l’un des principaux coupables.

Lorsque le gluten – la protéine présente dans le blé et d’autres céréales – passe à travers la muqueuse intestinale et dans votre sang, votre système immunitaire va attaquer l’envahisseur étranger (gluten) avec des anticorps pour le détruire. Le problème est que votre système immunitaire peut confondre la thyroïde pour le gluten, l’amenant à l’attaquer.

L’intolérance au gluten n’est pas seulement liée à la maladie cœliaque

Quand les gens pensent à l’intolérance au gluten, ils pensent généralement à la maladie cœliaque, mais ceci est juste une manifestation de l’intolérance au gluten.

Pour être officiellement étiqueté comme ayant cette maladie, il doit y avoir une importante destruction de votre microvillosité intestinale. Fait intéressant, une étude a révélé que plus de 25% des allergiques au gluten ont un souci de thyroïde. Seulement 10% des personnes atteintes présentent des symptômes gastro-intestinaux évidents.

La médecine fonctionnelle rend compte qu’il y a des millions d’autres cas auto-immuns non diagnostiqués, ce qui les rend vulnérables.

On estime que 1 Américain sur 20, voire 1 sur 3, ont ce que l’on appelle la sensibilité au gluten non-cœliaque (NCGS). De nombreuses personnes atteintes de maladies auto-immunes évitent le gluten pendant quelques semaines, ne sachant pas si cela leur cause des problèmes, car il faut attendre environ six mois pour percevoir les premiers signes d’inflammation.

Il est important de savoir qu’être sensible gluten, c’est comme être enceinte : vous l’êtes ou vous ne l’êtes pas ! C’est également essentiel de savoir exactement comment vivre sans gluten avec des choix alimentaires sains.

Voici six solutions à considérer, si vous pensez que le gluten peut nuire à votre santé :

1. Faites des tests complets pour l’intolérance au gluten

La plupart des médecins ne font que les tests de la gliadine de base, or ceux-ci ne sont plus recommandés en raison de leur faible sensibilité. Demandez un panel d’analyses complet pour avoir un diagnostic précis.

2. Faites des tests du microbiote intestinal

Demandez à votre médecin de faire des tests de sang et de selles spécifiques pour évaluer la santé de votre microbiome.

3. Un examen complet de la thyroïde

Vous pouvez avoir des résultats normaux, bien qu’il y ait encore un problème de thyroïde sous-jacent. Assurez-vous d’avoir un examen complet de médecine fonctionnelle.

4. Évitez les autres déclencheurs

En plus du gluten, renseignez-vous sur les autres facteurs pathogènes des maladies auto-immunes de thyroïde.

5. Les traitements

Il existe de nombreux traitements naturels pour équilibrer le système immunitaire que vous pouvez suivre.

6. Des soins personnalisés de médecine fonctionnelle

Beaucoup de gens passent des années de leur vie à être leur propre médecin, parce que la médecine classique ne leur a pas apporté de réponse claire. Ils passent des heures interminables sur Google à essayer de résoudre leurs problèmes de santé.

Faire une consultation de médecine fonctionnelle peut vous soulager, car vous aurez enfin l’impression que quelqu’un vous comprend.

Lire la suite de l'article