Les 4 Additifs alimentaires qui vous font grossir

Gardez à l’esprit que notre plus grand problème de santé publique est l’obésité, outre le tabagisme. Alors, jetons un regard sur les effets de ces quatre additifs alimentaires sur notre organisme.

1. Le glutamate monosodique (MSG)

Le MSG est un exhausteur de goût. Il stimule l’insula, une région du cerveau qui joue un rôle important dans le comportement addictif, et pousse ainsi à manger plus. Les Américains consomment environ vingt mille tonnes de MSG par an dans les croquettes de poulets panés et les chips. Pas étonnant donc que les États-Unis comptent 33% de sa population souffrant d’obésité.

2. Les arômes artificiels

Comment est-il possible qu’un bonbon puisse avoir un goût si parfait de fraise ou qu’une canette de soda sans même une goutte de jus d’orange ait un délicieux goût d’orange ? La réponse est cachée dans les arômes, ces produits chimiques qui prêtent aux aliments leurs goûts distinctifs. Le scientifique qui les a découverts les appelait les « substances de déclenchement » en raison de leur habilité à stimuler l’appétit. Nous consommons quotidiennement d’énormes quantités d’intrants artificiels contenus dans nos aliments, qui nuisent à notre indice de masse corporelle.

3. Les arômes naturels

Ne vous réjouissez-pas si vite, ils ne sont pas si naturels que cela. La seule différence entre les arômes naturels et artificiels réside dans le processus de fabrication. Chimiquement parlant, ils sont presque identiques. Alors, la prochaine fois que vous verrez « arômes naturels » sur l’étiquette d’un produit, n’imaginez pas un panier de fruits fraîchement cueillis, mais plutôt une cuve industrielle remplie de produits chimiques raffinés savamment formulés pour évoquer le gout. Puis demandez-vous : dois-je manger cela ?

4. Les édulcorants artificiels

Le secret le mieux gardé de l’industrie alimentaire est que les édulcorants artificiels ne font pas ce qu’ils sont censés faire. Les gens qui en consomment en grandes quantités sont pratiquement confrontés au même risque d’obésité, d’hypertension, d’accidents vasculaires cérébraux, de maladies cardiaques ou de diabète de type 2 que les personnes qui mangent trop de sucre.

Fondamentalement, ils provoquent une sensation de gout sucré. Une étude a observé qu’une partie du cerveau appelée l’amygdale fonctionnait différemment chez les personnes utilisant des édulcorants artificiels au lieu du sucre. Vous pouvez tromper votre langue, mais vous ne pouvez pas tromper votre cerveau.

Lire la suite de l'article