Comment la méditation agit sur votre espérance de vie et votre cerveau

Nous sommes tous familiers avec les nombreux avantages d’une pratique régulière de la méditation, mais savons-nous comment exactement cela affecte la puissance de notre cerveau? Voici cinq effets positifs de la méditation sur le cerveau.

1. La méditation garde l’hippocampe sain et améliore l’apprentissage et la mémoire.

L’hippocampe est une petite région du cerveau profondément enfouie sous le cortex. Elle joue un rôle important dans l’apprentissage, la régulation des émotions et contribue en particulier à la consolidation de l’information de la mémoire à court terme vers la mémoire à long terme.

En 2011, des chercheurs de Harvard ont été parmi les premiers à démontrer que seulement huit semaines de pratiques méditatives de la Pleine Conscience entraineraient l’augmentation significative de l’épaisseur de l’hippocampe.

2. La méditation indique à l’amygdale de se détendre et contribue à faire baisser le niveau de stress.

La même équipe de chercheurs de Harvard a également constaté que la méditation attentive diminuait le volume des cellules du cerveau dans l’amygdale, la partie de notre cerveau responsable de la peur, de l’anxiété et du stress.

Ces changements correspondent aux données déclarées par les participants sur leur niveau de stress, ce qui démontre comment les changements dans le cerveau sont en corrélation avec la perception subjective.

3. La méditation construit un cortex frontal plus rapide, plus gros et plus en forme, aidant à améliorer la concentration et l’attention.

Vu que concentrer notre attention sur un objet (ex: respiration ou mantra) est l’une des pratiques centrales de la méditation, il n’est pas surprenant que la méditation contribue à améliorer notre capacité à nous concentrer et à être moins sensibles aux distractions.

L’amélioration de la concentration et de l’attention est l’un des avantages les mieux étudiés de la méditation.

Comment cela se produit est en fait assez simple. Quand nous concentrons notre esprit, nous activons le cortex frontal et nous augmentons le flux sanguin vers cette zone. Si nous faisons cela suffisamment de fois, nous commençons à voir que l’activité de la circulation sanguine devient plus stable. Cette activité conduit à la croissance de la matière grise (connue sous le nom Épaississement cortical) constatée dans le cerveau des méditants.

4. La méditation augmente la matière grise et allonge les télomères qui aident à ralentir le vieillissement.

Le cerveau humain diminue de volume et de poids quand nous vieillissons, par contre, les méditants ont, à plus long terme, un cerveau en meilleure condition que les non-méditants et un volume plus grand de matière grise.
La méditation aide aussi à protéger nos télomères, les capuchons de protection à la fin de nos chromosomes. Les télomères sont plus longs quand nous sommes jeunes et se raccourcissent naturellement alors que nous vieillissons. Les télomères plus courts sont associés au stress et à un risque plus élevé à développer de nombreuses maladies, dont le cancer. Ils dépendent de l’enzyme télomérase qui leur permet de se reconstruire et de se réparer.

Des chercheurs de l’Université de Californie ont été les premiers à montrer que les méditants ont une activité de télomérase significativement plus élevée que les non-méditants. Leurs conclusions ont depuis été répliquées.

5. La méditation active l’insula, renforçant ainsi l’empathie et la compassion.

L’empathie est la capacité à comprendre les sentiments de l’autre. La compassion est quelque chose de différent – c’est la préoccupation pour la souffrance d’un autre ou de soi-même.

Une décennie de recherches a montré de façon constante que la méditation améliorait ces deux qualités à la fois. Ces avantages sont attribués à une région du cerveau appelée l’insula.

L’insula est un acteur clé dans la conscience de soi. Elle nous permet d’être conscient de nos propres réactions émotionnelles, ainsi que de mieux lire et comprendre celles des autres.

Les méditants montrent une activité accrue de l’insula et une plus grande épaisseur corticale dans cette région. Des études plus récentes ont également montré que la méditation augmentait les réponses de compassion à la souffrance des autres.

Maintenant que vous savez tout cela, pourquoi ne pas essayer la méditation. Plus vous vous engagez à une pratique régulière, plus votre cerveau en récolte les bienfaits. En outre, vous serez beaucoup plus heureux et en meilleure santé générale.

Lire la suite de l'article